La course à pied Les blogs courseapied.net : Narbe

Le blog de Narbe

Flux rss du blog, des réactions

Les derniers billets

Mes catégories

  • A venir

Mes liens

  • A venir

Le forum courseapied.net

Le chat courseapied.net

Les blogs courseapied.net

2007-06-29 00:13:49 : Retour au bois de Clamart - Part III

Jeudi 28 juin - 20h00

Quel plaisir d'avoir pu partager cette 3ème sortie consécutive dans le bois de Clamart en compagnie de 3 fidèles autruches : La Baronne, Pepito et Sedef !

C'est par le parcours du 'Paris-Versailles' et l'ascension de la côte des gardes que nous avons atteint le bois et la plénitude; quel bonheur de courir dans ces conditions, si près de Paris, on en redemande !!!
Malgré ma bonne forme actuelle, je l'avoue, la Baronne m'a mis une petite mine en haut de la côte de la fontaine aux lynx ou j'ai été obligé de décrocher…ah quand on lance des défis faut assumer derrière !
Encore merci à vous 3 de m'avoir suivi dans cette aventure, c'était super de vous revoir; Sedef toujours en très grande forme, El Presidente qui bosse et qui retrouvera vite son niveau j'en suis sûr et enfin MarieL qui en V1 va tout exploser à la rentrée.

Allez @plus et next week on envisage de crapahuter dans le parc de Saint Cloud (RX, Serge 92, Caro et les autres vous pouvez affuter vos lames !)

NarbéLiTO

Les réactions

Par Pépito, le 2007-06-29 00:24:38
Moi, j'vous le dis, c'est bien plus tôt que l'on aurait du tourner à gauche...

Par Sedef, le 2007-06-29 08:37:31
Etonnant, il me semble qu'on allait plus vite.
C'est vrai que Mariel nous a porté l'estocade dans la côte d'une manière impressionnante, mais tu n'étais pas loin tout de même.
Ton record sur 10 va bientôt voler en éclat.
je serai du voyage de Saint-Cloud la semaine prochaine.

Par Delphine, le 2007-06-29 20:47:45
Coucou

la prochaine fois vous prenez l'appareil photo :o))
Saint Cloud la semaine prochaine: si je peux je viens mais en ce moment c'est un peu aléatoire mes moments libres pour le sport:/

Votre pseudo :

Votre commentaire


Combien fait un plus trois ? (en toute lettre)


Le nouveau parcours


On zoom un peu ...


La côte des gardes


1 petite boucle autour du parcours de santé


1 petit Resto au milieu du bois


Départ et Arrivée : Mais il est passé ou le Palais des sports d'Issy les Moules ???


Les temps de passage


Ca grimpe à bloc dès le départ : 206m = haut de la côte des gardes


Les 5 billets précédents

2007-06-22 09:27:03 : Retour au bois de Clamart - Part II - 7 photos - 9 réactions

Jeudi 21 Juin – 20h05

C’est reparti pour le show, je n’en ai pas eu assez dimanche dernier, alors je retourne courir dans le bois de clamart.
Et franchement cette nouvelle ballade en forêt au soleil couchant, ça n’a été que du bonheur, avec en plus une forme retrouvée !
Alors s’il faut faire un peu de provoc pour motiver quelques autruches à m’accompagner un de ces soirs, et bien sachez que j’ai grimpé la côte de la fontaine aux lynx avec une facilité déconcertante et que j’attends des challengers pour venir me défier sur cette difficulté !

Alors qui est prêt à relever le défis pour le jeudi 28 juin ???

@l’écoute, Narbé Lenglenu Clamartu.

2007-06-19 09:30:40 : Retour au bois de Clamart ! - 4 photos - 10 réactions

Dimanche 17 juin – 12h15, il fait encore beau, je me décide à partir pour une sortie dans le bois de Clamart, ça faisait trop longtemps que j’en avais envie.
J’entame donc une longue montée de 5km environ jusqu’à l’entrée de la forêt; escalade qui s’achève par la côte qui mène au carrefour de l’anémomètre. Bigre, je ne me souvenais plus qu’elle était si dure celle la. Je double 2 cyclistes quasi à l’arrêt et je me dis que je suis quand même loin d’avoir l’aisance d’un certain Angelo qui était si facile à cet endroit (I miss you Angelo !)
Je décide donc de faire le même parcours que nous faisions avec les Lenglenus, avec en guest Star la montée de la côte des Lynx. Mais comme vous le verrez sur les images ci-jointes, tout ne s’est pas passé comme prévu car je me suis perdu, et suis à 2 reprises revenu sur mes pas, la loose !!! Bon je n’ai donc finalement pas grimpé la côte des Lynx, mais j’ai pas mal fait travailler les cuisses et les mollets, pour une belle sortie de 19 bornes qui fut très plaisante.

Je fais donc un appel du pied à mes habituels guides : nous sommes dans les plus longues journées de l’année alors quand est-ce qu’on se refait une sortie à Clamart un de ces mardi ou jeudi soir ????

@l’écoute, NarbéLiTo

2007-06-15 22:30:28 : A la rencontre d'une finaliste de Roland Garros ... - 4 photos - 28 réactions

Du Stade Suzanne Lenglen au court Suzanne Lenglen, le Narbé Lenglenu n'est pas dépaysé et il y a fait une rencontre particulière !
Spéciale dédicace to JPII .........

2007-04-19 23:24:18 : Mon 'PARIS' 2007 : une course de rêve ! - 15 photos - 28 réactions

Dimanche 15 avril 2007, 7h45, j’arrive avenue Foch.
Cette fois j’y suis ! Après 8 semaines de préparation, plus de 400 km avalés, une paire de running quasiment usée, le grand jour est arrivé.
C’est mon 4ème marathon de Paris consécutif, et contrairement aux années précédentes, je me sens prêt, serein et confiant. Il faut dire que pour la première fois je me lance sur les champs Elysées avec une ‘vraie’ prépa digne de ce nom que m’a concoctée mister Super Coach Nico, donc à a part une petite inquiétude par rapport aux conditions météo, tout s’annonce pour le mieux.
Après avoir vu passé Jibé et RX, je rentre dans le sas 3h30 avec Madame la Baronne et Jérôme. Là nous rencontrons Brinouille, Martine et Fred. L’ambiance est vraiment détendue, on a tous envie de dévorer ces 42 km à pleines dents.
8h45, c’est parti pour la descente des Champs toujours aussi impressionnante. Je contrôle mon allure afin de ne pas me laisser aspirer et pour éviter de me griller trop vite. 1er km réalisé en 4’57, c’est OK. J’ai prévu de toute façon d’être prudent au moins jusqu’au Km5. C’est d’ailleurs à ce niveau de la course que MarieL pique une petite accélération dont elle a le secret me donnant RDV plus tard après le semi.
Je me retrouve donc tout seul à ce moment là, me fais même rejoindre par les ballons bleus 3h30, ce qui m’agace un petit peu je l’avoue. Mais je décide de ne pas me prendre la tête, car j’arrive à ma vitesse de croisière (4’47 au kilo) et logiquement, sans brusquer les choses je devrais les re-dépasser et les décrocher assez rapidement et c’est exactement ce qu’il se produira un peu plus tard.
A partir de ce moment là je suis vraiment dans le rythme, finit la période d’adaptation, la ‘machine’ est lancée.
Je passe au Km 10 en 49 minutes et des poussières et au semi en 1h43.
Je suis en plein forme, ne souffre pas trop de la chaleur, seul petit hic : au lieu des 165 puls prévu, je suis en moyenne à 172 mais Nico m’a dit que j’avais une marge, donc j’essaie tout simplement de rester à cette FC, et de ne surtout jamais dépasser 175 puls.
Au km23, j’aperçois MarieL en train de papoter avec un gars sur le bord de la route, je décide alors de passer discrètement pour essayer de la semer (LOL !) mais le gars qui est avec elle lui dit « Eh il y’a un coureur avec le même maillot que toi qui vient de passer ! » du coup elle parvient à me rejoindre et plus sérieusement, je suis bien content de me retrouver à nouveau à ses côtés ! A deux, j’ai encore plus l’impression de contrôler ma course; nous descendons sur les quais, passage un peu compliqué avec les enchaînements de tunnels et de petites côtes. A un moment donné j’entends la Baronne qui dit bonjour à quelqu’un, c’est en fait Kenlag que nous venons de dépasser sans que je m’en rende compte et qui ne doit pas être au mieux. Pour moi, c’est toujours du ‘gâteau’ et je ne parle pas de MarieL qui très à l’aise n’arrête pas de me prendre en photo (quel beau reportage et souvenirs de l’intérieur de la course je vais avoir, c’est trop cool ça !!!).
On passe au km 30 en bas du Trocadéro, à un moment donné j’ai l’impression d’être dans la montée de l’Alpe d’Huez, il y’a énormément de spectateurs de chaque côté à cet endroit là, c’est de la folie, ça me donne des frissons !!! Avec tout ça, je ne pense même pas au ‘mur’ que je redoutais tant et que j’ai si souvent pris en pleine face. On arrive en bas de la rue Mirabeau ou m’attend ma petite famille, ça c’est que du bonheur ça rebooste comme c’est pas possible, je ne m’arrête malheureusement pas pour les embrasser, je leur fais un petit signe de la main leur indiquant que tout va bien, ce que confirmera MarieL à ma femme. A partir de ce moment là on commence vraiment à ‘ramasser’ beaucoup de coureurs. Au niveau de Roland Garros, on aperçoit Serge92 avec son bel appareil (photos je précise) ; j’espère qu’on est dans la boite Serge ?
Un peu plus loin se trouve JPII sur le bord de la route ; je me permets une petite pitrerie qu’il parvient à immortaliser sur son numérique. Et ce n’est pas finit en ce qui concerne les rencontres puisqu’au niveau de la porte d’Auteuil, je suis encouragé par Sedef, Pepito et Nico ; ce dernier me lance un « Allez Narbé, jusqu’au bout ! », qu’est’ce que ça fait du bien ça, waouh, merci les amis !!!
Nous entrons ensuite dans le bois de Boulogne, partie que j’apprécie le moins pour y avoir beaucoup souffert par le passé. Je commence d'ailleurs à souffrir aux environs du KM38 ; mais à partir de cet instant, mon lièvre de luxe va faire un travail extraordinaire ! Alors que tout seul j’aurais certainement baissé le rythme, MarieL en plus de continuer à me prendre ma bouteille d'eau à chaque ravito, m'évitant ainsi pas mal de stress, s’est mis à m’imprimer un rythme et à m’encourager tout le temps, de fait, je n’ai rien pu lâcher. Et on en a doublé des coureurs, moi qui ai vécu l’inverse l’année dernière, étant complètement à l’arrêt, me faisant doubler par tout le monde et prenant à chaque fois de gros coups au moral, cette fois ci, c’est vraiment grisant, cela donne une sensation d’être fort. Ca devient quand même dur, de plus en plus dur. MarieL me demande sans cesse de m’accrocher. Mais les km défilent et on approche du but. Nous croisons Enzo et Fred, nouveaux encouragements. Puis au niveau de la porte Dauphine je vois à nouveau ma femme et mes enfants, quelle joie, ça ajouté à la souffrance de l’effort, j’ai envie de pleurer ! Mais il reste quelques centaines de mètres, pas question de flancher maintenant, les moins de 3h30 sont en vue. Dernière ligne droite, une pause rageur devant les photographes de Maindru et c’a y est c'est fait, j’arrête mon chrono, je suis exténué, MarieL me maintient l’espace de quelques secondes car je crois que je vais tomber. 3h27, record battu de près de 30 minutes, c’est de la folie, je suis trop trop content, c’était vraiment une course de rêve, du pur bonheur !
Avant de finir, un grand merci à nouveau à notre Baronne qui a été géniale, à coach Nico pour m’avoir permis depuis 8 mois maintenant de progresser ainsi sur toutes les distances et à tous mes supporters, mes proches et mes amis du Kawak !
Et encore bravo à toutes et à tous marathoniens de cette très chaude mais belle 31ème édition du MDP !

@bientôt, NarbéLiTo !

2007-02-01 12:09:07 : Le 14ème : c’est mon jardin ! - 2 photos - 17 réactions

Dimanche 28 janvier 2007 - 8h30, alors que la plupart des potes de l’Athletic se préservent pour les foulées de Vincennes et doivent être encore au lit ou bien partis s’entraîner, j’arrive à la station de métro Denfert-Rochereau. Je vais en effet m’aligner sur les 10 km du 14ème, épreuve que j’ai couru pour la première fois l’an passé et que j’avais bien apprécié (j’avais alors battu mon record de l’époque d’environ 2 minutes, passant de 44mn45 à 42mn40s, est-ce 1 signe ???)
Je retrouve rapidement quelques autruches sur place : Philou, puis RX et Doumé tous 3 pas très réveillés, en particulier Doumé, notre habitué du FBB, mais aussi JPII ; par contre pas de Baltha ni de Jafangie qui ont du avoir une panne d’oreiller !
Pepito est également venu encourager ses troupes, mais aussi profiter de l’échauffement collectif animé par une charmante demoiselle ; alors que personnellement je préfère rapidement approcher de la ligne de départ afin d’éviter l’étranglement et ne pas avoir à trop slalomer pendant les premiers mètres.
Après quelques minutes de retard, le départ est donné : petit moment de panique, les piles de mon cardio sont presque HS et au moment ou je veux enclencher mon chrono, je ne vois plus rien à l’écran. Je piétine alors un peu et commence à me faire pas mal bousculer, mais heureusement l’affichage réapparaît, du coup j’enclenche ce maudit chrono et je pars comme un fou car ça commence à presser derrière et je ne veux surtout pas perdre trop de temps sur le 1er Km comme cela a été le cas à la corrida d’Issy.
Je suis donc à bloc d’entrée, pas de période d’adaptation ; c’est finalement assez fluide et je remonte rapidement plusieurs coureurs. Arrive le 1er Km, je regarde mon chrono avec anxiété pensant avoir déjà perdu quelques secondes sur mes temps de passage (j’avais prévu 4’10 au kilo pendant la première moitié de course) et la, première grande surprise : je viens de faire ce 1er kilo en 4mn03s !?!? Wahou, qu’est-ce qui se passe ? les piles sont elles vraiment trop usées , ai-je la berlue ou suis-je dans un bon jour ??? je continue sur le même rythme, passe le 2ème kilo à la seconde près (8mn06) et comme je n’ai pas la sensation d’être en surrégime, je me dis que si je parviens à maintenir ce rythme jusqu’à la mi-course et si ma fréquence cardiaque se maintien, ça devrait le faire ! Comme je ne bip pas mes temps au kilo, je ne me souviens pas ensuite exactement quels seront mes temps de passage à la seconde près (désolé coach), mais ça ne m’empêchera pas de constater que je ne faiblis pas. Arrive déjà la fin de la 1ère boucle, j’aperçois Pepito qui m’encourage et je lui fais un petit signe comme pour lui montrer que je suis bien. Je passe au km5 en 20mn18s je crois. Je me suis calé derrière 2 coureurs de Clamart qui sont dans la même allure et aussi derrière une féminine à qui l’on vient de crier « vas-y, tu es 3ème féminine ! » (Petite aparté : MarieL tu aurais fais une belle 2ème place tu sais …). Tout va toujours pour le mieux, j’ai l’impression d’être dans un rêve. Nous approchons à nouveau de la place de Catalogne, faux plat montant avec plusieurs virages consécutifs et donc beaucoup de relances mais je continue d’accélérer très légèrement et progressivement. Je finis par lâcher les 2 coureurs du CCR92, j’accélère ensuite franchement dans la descente vers la tour Montparnasse, puis entre le 7ème et le 8ème kilo finis par doubler cette féminine. Je pense être vraiment très en avance sur mes prévisions, mais le secteur pavé puis la dernière petite montée entre le 8ème et le 9ème kilo vont me faire perdre un peu de temps c’est normal et je vais après 9 km de rêve et avoir doublé la ‘voiture balais’ en prenant le trottoir (ça n’est pas une blague) finir dans le dur sur les 800 derniers mètres. Tant mieux en fait, car si j’avais été bien toute la course, j’aurais regretté de ne pas avoir donné plus et d’avoir loupé de si peu la barre des 40mn. Après avoir revu Pepito me lancer un « Allez Narbé, jusqu’au bout ! », je termine finalement en 40mn13s (temps réel de mon chrono) alors que mon objectif était de faire moins de 42mn, incroyable ! Je bats donc à nouveau mon record sur la distance de 2 minutes, je n’en reviens pas, je suis comme un fou, c’est vraiment trop de bonheur, je suis comme un gamin, totalement euphorique !!!
Ce fut vraiment une course formidable, la plus accomplie de mes 5 années de CAP car au delà du chrono, cette sensation d’être bien, de maîtriser la course (ce que j’avais déjà ressenti au semi de Boulogne), c’est vraiment génial. J’en profite car je ne vais pas éternellement battre mes records comme ça ; je vais bientôt atteindre mes limites, mais après 2 ans de galère et de stagnation, je savoure vraiment et remercie encore Nico mon coach qui m’a fait une super préparation et toutes les autruches de l’Athletic club XVeme de m’encourager en permanence et pour leur constante bonne humeur.

Merci à tous et à bientôt pour de nouvelles aventures (ça sera le Semi de Paris…)

Narbé.

Tous les billets

www.courseapied.net - info@courseapied.net